Retour à l’accueil du blogue

LA PALETTISATION CONVENTIONNELLE : UNE MÉTHODE DE PRODUCTION EN PLEINE ÉVOLUTION

20 avril 2018

LA PALETTISATION CONVENTIONNELLE : UNE MÉTHODE DE PRODUCTION EN PLEINE ÉVOLUTION

Vous avez une voiture, votre père en avait une et votre grand-père aussi. Lorsque vous comparez ces trois voitures, leur point en commun est qu’elles peuvent vous transporter du point A au point B. Maintenant, pensez à tout ce dont votre voiture est capable aujourd’hui, mais qui était impossible avec celle de votre grand-père il y a 60 ans. Il en va de même pour les machines de palettisation conventionnelles. La technologie évolue, les palettiseurs aussi.

Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient. Et pour bien comprendre le savoir derrière les palettiseurs conventionnels, il faut bien connaître le processus intensif menant à la mise au point d’un équipement de ce genre.

Au tout début du processus d’ingénierie, plusieurs éléments sont pris en compte. L’équipe de conception doit d’une part comprendre les défis de votre secteur et d’autre part proposer des solutions permettant de relever ceux-ci adéquatement. De nos jours, il n’y a pas que la vitesse, la maintenance et l’entretien qui sont pris en compte, mais aussi les questions de facilité d’utilisation et de sécurité. Si la solution proposée ne remplit pas les exigences posées, ces facteurs peuvent devenir de véritables obstacles.

Les palettiseurs conventionnels existent depuis longtemps, c’est vrai, mais ils ne sont pas dépassés pour autant. Voici les raisons pour lesquelles ils continuent de constituer une excellente solution.

VITESSE

Les palettiseurs conventionnels demeurent souvent l’équipement le plus rapide pour les opérations de fin de ligne. Comme ils ne dépendent pas du mouvement d’un seul préhenseur, ils atteignent des vitesses d’exécution imbattables.  L’accumulation de produits sur le convoyeur permet un traitement en continu qui maximise les opérations.

Il n’y a pas que le palettiseur qui a évolué au fil des années : son mode d’interaction aussi. Une communication bidirectionnelle est désormais possible, tout comme l’extraction de données à partir de l’IHM. Cela facilite la collecte et l’analyse d’informations sur les taux de production, les temps d’arrêt, les exigences d’entretien et les messages d’erreur.

Les grands lots de fabrication d'un même produit sont idéaux pour les palettiseurs conventionnels. Il est néanmoins possible de traiter différentes UGS à l’aide d’une solution conventionnelle. L’IHM permet des changements de produit faciles et automatiques. Les commandes comprennent des réglages prédéterminés dans les recettes sauvegardées, ce qui permet à la machine de s’adapter à l’alternance de produits. Ces paramètres déterminent quel modèle elle suit pour effectuer une palettisation précise. 

Les caractéristiques de manutention peuvent varier autant que les produits en soi. Peu importe que des boîtes, des caisses, des paquets, des balles, des plateaux ou même l’ensemble de ces formats soient traités à l’usine; le palettiseur conventionnel détecte comment disposer les produits de façon fiable et fluide.

Il n’est pas rare que ce type de palettiseurs constitue la solution la plus adaptée pour les emballages non conventionnels. Que les produits soient petits ou grands, stables ou instables, ils peuvent être palettisés efficacement. Des améliorations technologiques constantes vous permettent maintenant de repousser les limites pour aller encore plus loin.

 

MAINTENANCE ET ENTRETIEN

Nous ne vous apprendrons rien de nouveau : les temps d’arrêt sont contre-productifs. Or, des avancées considérables contribuant à davantage de fiabilité ont eu lieu en matière de palettisation conventionnelle. Le dépannage est plus facile que jamais maintenant qu’il est possible de suivre l’état d’entrée et de sortie des capteurs et des commandes directement à l’écran. Par exemple, si un cycle machine dépasse le délai imparti ou si une condition imprévue survient, les minuteurs ou les capteurs le détecteront et signaleront au contrôleur programmable (PLC) d’arrêter la machine. Un message d’erreur expliquant le problème apparaîtra alors sur l’IHM pour qu’une évaluation puisse être effectuée sans délai. L’entretien préventif se fait aussi en un tournemain grâce aux messages rapides à l’écran.

Les palettiseurs conventionnels requièrent moins de maintenance qu’autrefois et, lorsque c’est le cas, l’entretien interne est plus facile à gérer. Ils contiennent un nombre réduit de chaînes et de roues dentées devant être surveillées périodiquement. Là où des entraînements directs seraient inefficaces, il est préférable d’opter pour des courroies Poly Chain, puisqu’elles requièrent peu d’entretien et ne nécessitent aucune lubrification. La plupart des moteurs sont entraînés par des variateurs de fréquence, ce qui permet d’accélérer ou de ralentir le fonctionnement de façon fluide. Les variateurs ne font pas que réduire les contraintes subies par l’équipement; ils assurent également une manutention qui ménage les produits.

Bien que les palettiseurs conventionnels requièrent davantage d’éléments pour fonctionner, la disponibilité des pièces de rechange auprès des détaillants locaux contribue à réduire les coûts de réparation. Les surfaces d’usure sont désormais en polyéthylène de masse molaire très élevée (UHMPE) plutôt qu’en acier. L’UHMPE présente une résistance aux chocs élevée, ainsi qu’un coefficient de frottement très faible qui lui permet de glisser aisément sur des faces métalliques. Il se remplace sans difficulté, à des coûts moindres.

En outre, le PLC et l’IHM s’intègrent de nos jours au réseau global de l’usine grâce à la communication sécurisée par réseau privé virtuel (RPV) ou aux routeurs.  Ainsi, il est possible d’accéder au palettiseur à distance afin de procéder à son dépannage ou à son entretien. Un fournisseur avec une équipe entièrement dévouée au service à la clientèle est davantage en mesure d’évaluer chaque situation au moment où elle se présente.


SÉCURITÉ

Au fil des ans, les priorités du secteur industriel en matière de sécurité ont évolué. Autrefois, les opérateurs pouvaient s’approcher de l’équipement sans dispositif de protection adéquat. Aujourd’hui, les palettiseurs conventionnels sont dotés de caractéristiques avancées servant à prévenir les blessures. Les palettiseurs sont entourés de clôtures. De plus, leurs portes et barrières sont pourvues d’interrupteurs de sécurité à clé captive qui garantissent une séquence d’actions sans danger lorsqu’un équipier pénètre dans le périmètre de l’équipement.  Par exemple, la clé responsable de la source d’alimentation peut aussi servir à accéder aux zones à risques élevés. Une fois que la porte est ouverte, cette clé demeure captive jusqu’à ce que la porte soit refermée.  Une clé secondaire demeure en possession de l’opérateur tant et aussi longtemps qu’il se trouve à l’intérieur du périmètre clôturé.  Ce n’est qu’une fois les deux clés de retour à leur position habituelle que l’équipement peut être redémarré.

Autre caractéristique : la présence de rideaux lumineux qui créent des périmètres de sécurité entre le personnel et la machine. Si quelqu’un s’approche du palettiseur, le faisceau de lumière le détecte et fait passer la machine en mode sécuritaire. On peut aussi prévoir des garde-corps au sommet de l’équipement afin de réduire les risques de blessures lors des opérations de maintenance et d’entretien. L’intégration de valves d’évacuation d’air empêche que de l’énergie demeure stockée dans le palettiseur dans l’éventualité où il doit être arrêté.

Les palettiseurs conventionnels sont désormais équipés de freins et de tiges de sécurité au cas où les opérations doivent être interrompues alors que le dispositif de levage est dans les airs. Cette caractéristique permet de prévenir les mouvements imprévus pendant les travaux d’entretien et de maintenance, ou lors du repositionnement des palettes ou des produits dans la zone entourant le dispositif de levage.

Enfin, les clients contrôlent mieux qu’avant l’accès des membres de leur équipe aux différents niveaux de l’équipement. À cela s’ajoute que les fonctions à l’écran de l’IHM permettent maintenant de procéder à des réglages sans devoir ouvrir le panneau électrique. Puisqu’il est plus probable qu’un technicien de maintenance doive accéder à la totalité de la machine qu’un opérateur, différents mots de passe peuvent être créés pour des actions spécifiques.

Oui, de nombreux changements ont eu lieu, mais certaines choses sont appelées à rester. Comme c’était déjà le cas dans les années 1940, les biens manufacturés traversent toujours l’alimenteur avant de circuler sur le convoyeur et de finir sur une palette au bout de la ligne. Le principe reste inchangé, mais la technologie dans le secteur a fait d’importantes avancées au cours des dernières années, afin de s’adapter à la complexité toujours croissante du marché.

Article suivant